Max Daumin Max Daumin

📦 Livraison gratuite à partir de 45 € d’achat 🚚

plantes
L’histoire du poivre, ou comment ce commerce façonna le monde.

Articles, Articles à la une

L’histoire du poivre, ou comment ce commerce façonna le monde.

De l’antiquité :

Les preuves archéologiques du poivre remontent au moins à 2000 ans av.J.C. On sait que le poivre a été exporté durant cette période, mais par quels moyens et dans quelles mesures cela reste encore un mystère. En effet des  traces d’un ancien commerce probable de poivre d’Inde en Égypte ont été découvertes la présence de grains de poivre à la fois dans les narines et dans le ventre de Ramsès le Grand (1303-1213 av. J.C.) (Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, Étude radiochromodensitographique sur Ramsès menée  par Lichtenberg et Thuilliez en 1981)

A partir des années 40 après J.-C., les Romains développèrent un commerce florissant d’épices et notamment de poivres. Partant de la côte sud-ouest de l’Inde en profitant des vents de la mousson, ils importèrent de la cannelle, de l’huile d’encens et du poivre. Alexandrie était à l’époque la place commerçante de ce commerce.

Bien que le livre fut écrit quelques siècles après sa mort, le recueil d’Apicius, célèbre gastronome du début du 1er siècle, décrit une multitude de recettes Romaines contenant des épices dont notamment du poivre.


Carte Pisane, une des premières cartes datant du XIIIème siècle.

On voit apparaître également la cherté du poivre dans les quelques écrits qui nous sont parvenus. En effet, en septembre 408, Alaric 1er, Roi des Wisigoths et son armée assiègent Rome. Les Romains épuisés et affamés finirent par se rendre en payant une rançon. Le prix à payer fut de 2 500 kg d'or, 15 000 kg d'argent, 4 000 robes de soie, 3 000 peaux et 1 500 kg de poivre. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Alaric_Ier). Le poivre était déja comparé à un métal précieux!

Au moyen âge :

Après la chute de l’empire Romain et à partir du VIIème siècle, les Arabes se sont organisés afin de reprendre le commerce des épices. Afin de conserver leur monopole ils inventèrent tout un mythe (source : Spices and Late-Medieval European Ideas of Scarcity and Value Paul Freedman) selon lequel le poivre était cultivé en Inde dans des vallées infestées de serpents. Il fallait alors brûler les arbres afin de faire disparaitre les serpents. Le feu donnait alors la couleur noir de la peau des grains de poivre affirmaient t'ils.

C’est dire l’importance à cette époque de ce commerce où l’on protégeait totalement ses sources et par n'importe quels moyens !

Le commerce du poivre devient de plus en plus florissant à partir du Xème siècle pour se diffuser dans toute l’Europe. Avec cet accroissement de la demande, les prix s’envolèrent et les taxes, loyers ou dots étaient parfois payés en poivre. Pour exemple le roi d'Angleterre Ethelred II (978-1016) exigeait 10 livres de poivre des commerçants allemands d'épices avant de les laisser faire des affaires à Londres (source : Spice Crop E.A Weiss).

Avec l’augmentation de la bourgeoisie au Moyen Âge, avoir du poivre faisait partie du « standing » de l’époque. Ainsi cette pression accrut sensiblement la demande et donc fit encore monter les prix. Ceci força les places fortes à développer le commerce des épices dont le poivre. Au XIVème siècle, les Génois importèrent massivement du poivre en provenance d’Alexandrie. Exactement entre 1367 et 1371 plus de 40% en valeur des importations de Gênes étaient du poivre (source : Spices and Late-Medieval European Ideas of Scarcity and Value Paul Freedman).

Les Vénitiens se sont mis également à commercer avec le poivre. Ils augmentèrent de plus de 40% le prix de vente du poivre au cours du XVème siécle. (Spices and Late-Medieval European Ideas of Scarcity and Value Paul Freedman)

A cette époque les sources de poivres provenaient principalement de Constantinople, de la Syrie, de Chypre et d’Alexandrie.

Sous l’impulsion du Roi Portugais Jean Premier, Henri le navigateur, son fils, fut le premier à pousser le développement  du commerce et de l'aventure maritime. Par la suite,  Vasco de Gama alla chercher une voie maritime directe en Inde, découverte en 1497, afin de court-circuiter le monopole des Arabes. Son but était de trouver « des chrétiens et épices ». L'évangélisation des peuples a servie comme prétexte afin de maitriser ce commerce florissant.

Dès le XVème siècle les portugais dominèrent le commerce du poivre. On dit qu’entre 1500 et 1600 le Portugal a importé plus de 2000 tonnes de poivre par année ! (source : Spice Crop E.A Weiss)
Mappemonde portuguaise
Mappemonde portuguaise, Atlas Miller XVIème siècle.

La renaissance :

Le Portugal a par la suite rapidement perdu le contrôle de ses importations car leur autorité militaire et politique étaient peu développées sur ces terres colonisées. Ainsi les Hollandais à partir du XVIème siècle devinrent le principal acteur de l’importation et commerce des épices dont le poivre. Durant « le siècle d’or » de la Hollande, ils multipliaient les comptoirs au travers de leur fameuse Compagnie Néerlandaise des Indes Orientales (VOC) en Inde, en Indonésie, au Sri Lanka et Java.

Le cours du poivre était alors encore très élevé pour atteindre 20 à 30 g d’argent pour 1 kg de Poivre.

Lorsque l'empire britannique s'est imposé finalement sous presque tous les tropiques au XVII et XVIIIème siècle, il a finalement pris le contrôle du commerce des épices avec notamment la compagnie : la British East India Company, soutenue par ses forces militaires dominantes.

Les temps modernes :

Avec la chute de l’empire d’Angleterre, avec la révolution industrielle qui facilita l’accès aux voies de communication (routes maritimes et terrestres), avec le développement des cultures d’épices et poivre un peu partout dans le monde, le cours du poivre et des épices baissa sensiblement. Le poivre et les épices devinrent ainsi accessibles au plus grand nombre.

En souvenir de la cherté du poivre, des épices, nous avons  hérité de quelques expressions telles que « Cher comme poivre » ou « payer en épices » qui donna « payer en espèces ».
Aujourd'hui la quête du poivre reste massive avec plus de 250000 tonnes produites par année dans le monde. Il en existe même une bourse du poivre à Cochin (Inde). Parmi cette production, on trouve des petites productions de poivres d'exception grands crus qui se dénotent sensiblement du poivre de masse.
Mains de Gheevargeese, notre producteur de Poivre au Kerala (Inde)

Max Daumin

En apprendre plus sur nos épices